News Ticker

Le projet RIO de MAN, Man emporté par le ruisseau digital

Le constructeur allemand Man vient de communiquer quelques précisions sur son projet de plate-forme digitale pour la supply chain baptisée RIO (l’équivalent de ‘‘ruisseau’’ en espagnol). Il s’agit de partager les informations des véhicules, itinéraires, heure d’arrivée pour la livraison, rendez-vous pour l’entretien, voire les quais disponibles… RIO doit permettre de disposer de toutes les données utiles aux transporteurs et à tous leurs partenaires en temps réel pour optimiser les flux au sein de la chaîne logistique. A première vue, rien de révolutionnaire par rapport

à ce que des éditeurs de logiciels, de fournisseurs de solutions de TMS ou d’autres plates - formes collaboratives proposent déjà aux transporteurs. La nouveauté est que pour la première fois, le challengeur est un constructeur de camions et de bus qui souhaite ouvrir sa plate-forme à toutes les marques de poids lourds pour faciliter la tâche des PME ayant des parcs mixtes. Man disent qu’ils ne se positionnent pas vraiment comme concurrent des autres constructeurs mais plutôt des fournisseurs de solutions télématiques. La plate - forme est accessible via toute sorte de supports (PC, tablettes, smartphone) selon l’utilisateur. Les informations véhicule accessibles sur la plate-forme sont celles issues des FMS (Fleet management system) proposés par les constructeurs.

Avec RIO, on parle de ‘‘coopétition’’, un nouveau concept mélange de coopération et de compétition dans l’intérêt de toute la supply chain. La solution digitale de MAN propose un boîtier appelé Rio Box produit par Stoneridge. Ce dernier assure l’interface entre le conducteur et sa société qui collecte, grâce à la plate-forme, toutes les données nécessaires à la bonne gestion de sa tournée (geofencing, chargements supplémentaires, arrêts d’attentes, rendez - vous de maintenance, donnée du chrono etc.). Le RIO Box équipera les camions du groupe Volkswagen dès la rentrée prochaine et pourra être installé après sur les véhicules des autres marques. Dès son lancement, le boîtier intégrera le système de navigation GPS et, en 2018, il sera compatible GNSS.

RIO veut aussi innover avec les transporteurs avec son X Lab, sorte de start-up qui met au point des solutions pour des situations très concrètes : elle travaille avec des transporteurs pilotes
sur un système (Rio Share) qui s’inspire du car - sharing pour répondre à la problématique de la gestion des clés des véhicules partagés entre plusieurs conducteurs en utilisant le smartphone. Le contrôle technique du véhicule est aussi simplifié grâce à son intégration dans le système.

Le projet RIO qui devrait se terminer en septembre, cherche aussi à offrir une interface entièrement intuitive qui se libérerait du problème des langues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*