News Ticker

La nouvelle route de la soie chinoise, Le port d’Anvers s’adapte

port d'anvers2‘‘One Belt, one Road’’ est une stratégie de développement de la Chine lancée à la fin de 2013, qui met l’accent sur la connectivité et la coopération entre les pays, principalement en Eurasie. Il comporte deux volets principaux, à savoir la ‘‘route’’, la nouvelle route économique de la soie côté  terre et ‘‘la ceinture’’, la route maritime (voir détail de la stratégie sur notre focus du N°24). Le port d’Anvers a un rôle potentiellement très important à jouer dans ces deux routes comme un hub commercial important, et son autorité portuaire met en place un groupe de travail spécial à cet effet.

 

L’importance de ce projet pour l’Europe ne peut guère être sous-estimée, et donc au cours de la récente visite d’Etat en Chine par le roi Philippe de Belgique, le pays a demandé d’adhérer à la nouvelle Banque de développement de l’infrastructure de l’Asie, la banque d’investissement derrière la stratégie.

Rejoindre la Banque de développement de l’infrastructure Asiatique (Asian Infrastructure Development Bank) est également très important pour le port d’Anvers, qui depuis de nombreuses années a déployé de grands efforts dans l’expansion de sa part de marché en Chine. Au tout début du mois de juillet 2015, le président chinois Xi Jiping a dit à ses visiteurs belges - dont Marc Van Peel et Eddy Bruyninckx, respectivement président et directeur général de l’Administration portuaire d’Anvers - que le port a un rôle important à jouer dans l’élaboration d’un ‘‘New Silk Road’’ reliant l’Europe et le Moyen-Orient avec les centres économiques de la Chine et d’autres pays en Asie du Sud-est et de l’océan Indien. Pour que le port profite bien du potentiel de ce projet, un groupe de travail avec le même nom ‘‘One Belt, One Road’’ est mis en place en juillet 2015 au sein de l’Administration portuaire.

 

La présence en Chine

Le port d’Anvers a longtemps marqué une présence importante en Chine. Le port a un représentant permanent à Shanghai qui défend les intérêts d’Anvers dans toutes sortes de façons. Ces efforts ont été couronnés de succès, et la collaboration entre les différentes villes portuaires chinoises et Anvers a connu une expansion rapide au cours des dernières années. Anvers est le leader du marché dans cinq des six principales routes commerciales et il agit comme le portail européen pour de nombreuses régions d’outre-mer, un fait qui n’a pas échappé à l’attention des investisseurs internationaux. L’Administration portuaire vient de signer un accord de collaboration avec la Banque de développement de Chine et le Groupe Chengtong Holding dans lequel les deux parties se sont engagées pour trouver un site approprié dans le port d’Anvers pour y mettre en place un hub logistique pour le commerce International, UE, Afrique. Une possibilité (entre autres) actuellement examinée est la zone industrielle de Churchill. Le holding chinois était l’un des candidats dans la demande de propositions émises par l’Administration portuaire de l’année dernière pour trouver une utilisation de l’ancien site Opel dans la zone portuaire. Cet accord correspond bel et bien  à la stratégie ‘‘One Belt, One Road’’, un projet dans lequel Anvers a été identifiée comme une région importante pour l’investissement et la collaboration mutuelle, dans ce cas particulier en agissant comme une plaque tournante pour le commerce avec l’Afrique.

Pour souligner l’importance de l’événement, l’accord a été signé en présence de Li Keqiang, Premier ministre du Conseil d’Etat de la République populaire de Chine. En préparation pour la visite du premier ministre, He Lifeng, vice-président de la Commission Nationale du Développement et de la Réforme, a appelé la Commission européenne à Bruxelles à parler de ‘‘One Belt, One Road’’. Après le programme à Bruxelles, He Lifeng a effectué une visite prolongée au port d’Anvers où le principal sujet de discussion était 
‘‘One Belt, One Road’’ et le rôle qu’Anvers peut jouer dans ce projet.

La collaboration stratégique

Anvers est un partenaire attractif non seulement en raison de son emplacement au cœur de l’Europe. Grâce à la collaboration avec les divers ports et régions qui se trouvent le long de la Nouvelle Route de la Soie, le port est devenu un partenaire stratégique majeur. C’est dans ces circonstances que les représentants des deux filiales de l’Administration portuaire d’Anvers -Port d’Anvers International (conseil) et l’APEC (centre de formation) - visitent le port de Bakou en Azerbaïdjan pour signer un accord de collaboration qui devrait se traduire dans les contrats à court terme. En Oman, Port d’Anvers international avec RentAPort a longtemps été actif dans le développement du port de Duqm, où une fonction de concentrateur est créée pour les échanges entre le golfe Persique, la Mer Rouge, l’Extrême - Orient, l’Asie du Sud - est et de l’Est et Afrique du Sud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*