News Ticker

IATA WCS 2018, L’industrie du fret aérien établit quatre grandes priorités

L’accélération de la numérisation de la chaîne d’approvisionnement, l’application des règlements sur les batteries au lithium, une facilitation plus efficace des échanges et le développement de la prochaine génération de dirigeants.
Tels sont les quatre priorités de l’industrie du fret aérien.

S’exprimant lors du World Cargo Symposium de l’Association internationale du transport aérien (IATA) à Dallas, au Texas, le 13 mars 2018, Glyn Hughes, responsable mondial du fret de l’IATA, a souligné les quatre problématiques majeures. Selon lui, l’adoption de la lettre de transport électronique a été plus lente que l’industrie ne l’aurait souhaité, et les gouvernements doivent prendre des mesures plus énergiques contre les expéditeurs malhonnêtes qui enfreignent les règlements sur les marchandises dangereuses, rationaliser les procédures douanières et attirer les meilleurs jeunes professionnels pour mener le fret aérien à l’avenir. Hughes affirme que l’industrie du fret aérien a connu une année exceptionnelle en 2017 avec une croissance de 9 % et que la demande devrait augmenter de 4,5 % en 2018 avec de grandes opportunités dans le commerce électronique et le transport de biens sensibles au temps et à la température. «Mais nous devons accélérer la modernisation des processus, faire respecter les règlements pour le transport sécurisé des batteries au lithium et promouvoir la facilitation du commerce. À plus long terme, nous devons également inspirer la prochaine génération de talents. L’industrie du fret aérien a accepté de se concentrer sur ces domaines clés et nous devons suivre», a-t-il dit. La pénétration de l’E-AWB a atteint près de 53 % et l’industrie vise un taux de 68 % sur les voies commerciales activées. Hughes admet que la mise en oeuvre a été lente, mais affirme: «L’industrie a accepté de modifier un certain nombre de résolutions et de pratiques recommandées pour faire de l’e-AWB la norme par défaut sur les voies commerciales activées. Nous pouvons être optimistes sur le fait que cela devrait stimuler les efforts de l’AWB en 2018». La sécurité est la principale priorité, et bien qu’il existe des normes et des règlements pour le transport de marchandises dangereuses, y compris les batteries au lithium, les envois mal déclarés ou non conformes continuent d’être un problème. «Nous voyons trop d’exemples d’abus, y compris les erreurs d’étiquetage des piles au lithium. Les gouvernements doivent intensifier l’application des règlements sur les marchandises dangereuses et adopter une position plus ferme contre les expéditeurs malhonnêtes. Cela inclut l’utilisation de leur pouvoir pour imposer des amendes importantes et des peines privatives de liberté à ceux qui enfreignent la réglementation», lance Hughes. Les marchandises prennent en moyenne 1,41 jour pour dédouaner les contrôles douaniers, ce qui n’est pas suffisant et l’IATA souhaite que les pays comme l’Algérie, le Bangladesh, l’Iran, l’Ouzbékistan et le Vietnam appliquent la Convention de Montréal de 1999 pour permettre la documentation douanière numérique. L’IATA demande également des révisions à la Convention de Kyoto de l’Organisation mondiale des d ouanes pour faciliter les solutions à la frontière intelligente. L’industrie du fret aérien doit attirer de jeunes talents dans l’industrie, ce que l’IATA espère réaliser grâce au programme Future Air Cargo Executives. «Afin atteindre l’échelle et la durabilité requises pour répondre aux besoins de compétences pour la croissance future de l’industrie du fret aérien, un effort plus collaboratif et concerté vers le développement d’une main – d’oeuvre durable est nécessaire dans toute l’industrie», déclare Hughes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*