News Ticker

Le freight forwarding en Chine, Comment s’y prendre ?

Le freight forwarding 2Depuis que la Chine a rejoint l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001, la plupart des anciennes restrictions de l’ère communiste pour la création d’entreprises ont été supprimées. Pour certaines entreprises de logistique, les plus grands obstacles à l’entrée ne viennent pas de la paperasserie chinoise, mais de la concurrence occidentale. Le marché chinois du freight forwarding apparaît comme le plus complexe et marqué par une concurrence violente.

 

Selon Gerhard Blumensaat, directeur du fret aérien de la zone  Nord / Centre de la Chine, la plupart des grands forwarders sont déjà présents en Chine. Il cite en premier la firme DB Schenker, qui a été dans le pays depuis la fin des années 1970. D’autres grands investisseurs étrangers dans le forwarding comprennent DHL, Kuehne + Nagel, Panalpina et UPS, juste pour en nommer quelques-uns. ‘‘Vous avez encore la paperasse à remplir, ainsi que des conseillers techniques et des avocats à consulter, mais d’autres goulots d’étranglement ont été effacés’’ a déclaré Blumensaat.

Le Groupe de logistique allemand Dachser a des liens avec la Chine qui remontent à environ 30 ans. Aujourd’hui, Dachser dispose de 150 bureaux à travers le pays. ‘‘La croissance a baissé un peu, mais la concurrence en Chine est toujours rude’’, a déclaré Thomas Reuter, directeur de l’exploitation des compagnies aériennes et maritimes de la logistique. ‘‘Nous considérons qu’il y a des complications mais pas vraiment des problèmes’’.

Ce qui tend à stimuler du monde aujourd’hui est le manque de préparation. Fondamentalement, un transitaire ne peut pas faire des affaires pendant très longtemps en Chine à distance, dit Reuter. Il doit y avoir une présence permanente dans le pays. ‘‘Vous devez vous rappeler que toute relation d’affaires en Chine est également une relation personnelle. Vous devez aller jusqu’au dernier kilomètre pour le client’’.

Basé à Hong Kong,  Kerry Logistics exploite 21 centres logistiques et entrepôts à travers la Chine continentale, notamment à Pékin et Shanghai, et possède également une flotte de plus de 1 400 véhicules. ‘‘Le marché chinois, avec sa classe moyenne naissante, représente une occasion excitante pour les marques étrangères, mais il vient avec ses propres défis’’, a déclaré Emma Rowlands, directeur des ventes au Royaume-Uni pour Kerry Logistics, qui  gère des activités importantes en Chine. ‘‘Les entreprises qui veulent faire des affaires doivent se lever tôt et bien faire leurs devoirs’’.

 

Un marché très fragmenté

L’un des premiers enseignements à tirer du style chinois du forwarding est la concurrence intense et la fragmentation du marché, à la fois de la part des acteurs locaux et des opérateurs étrangers. ‘‘Il est facile de considérer l’Asie comme un seul marché, mais en fait c’est un ensemble de marchés largement différents en maturité et en complexité’’, a déclaré Mark Millar, un consultant de la chaîne d’approvisionnement de l’Asie et de la logistique et professeur invité à l’Université polytechnique de Hong Kong.

Le transport routier en Chine offre un bon exemple, a déclaré Millar. Les entreprises de transport par camion représentent environ 78 % de tous les mouvements de fret intérieur. Dans ce marché, il ya environ 790 000 transporteurs routiers, mais les 20 plus grandes entreprises représentent seulement 2 % du marché total. Dans la logistique aussi, les 50 premières entreprises - y compris Cosco, Sinotrans, le SCC Holdings et China Shipping-réalisent ensemble des ventes annuelles d’environ 322 millions de dollars, soit moins de 2 % de part de marché total. Le concept de l’externalisation de la logistique à une entreprise tierce (3 PL) est également un concept relativement nouveau en Chine, a déclaré Millar. Comme l’année dernière, seulement 20 % des activités de transport et d’entreposage ont été traitées par les 3PL. Comparez cela à un taux de pénétration de 45 % pour les 3PL aux États-Unis, le taux de près de 50 % parmi les pays d’Europe occidentale et le taux de 80 % au Japon.

Le taux de pénétration très bas des 3PL et le recours à une structure de marché verticalement intégrée sont, entre autres, des raisons pour lesquelles les forwarders sont si intéressés par le secteur de la logistique chinois encore en développement. Cependant, le secteur de la logistique en Chine ‘‘reste extrêmement complexe et brutalement concurrentiel’’, a déclaré Millar.

Pour faire des affaires avec ce marché fragmenté, les frowarders qui souhaitent faire des envois localement doivent s’engager avec plusieurs transporteurs sous-traitants, ‘‘la majorité d’entre eux étant propriétaires-exploitants avec seulement un ou deux camions, rarement de bonne qualité et avec peu de technologie moderne’’, a déclaré Millar.

En plus de ces préoccupations, le pays a connu des réglementations plus strictes et des hausses d’impôts au cours des dernières années. Seuls les péages routiers, a-t-il ajouté, représentent maintenant plus de 30 % du coût total de transport pour la plupart des camionneurs en Chine.

 

Source: Air Cargo World

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*